Téléphone-moi

Cie F.O.U.I.C / Clotilde Morgiève / Christophe Dollé

Texte : Jean-Christophe Dollé
Mise en scène : Clotilde Morgiève et Jean-Christophe Dollé
Interprétation : Solenn Denis, Clotilde Morgiève, Stéphane Aubry et Jean-Christophe Dollé
Scénographie et costumes : Marie Hervé
Dispositif sonore : Soizic Tietto
Lumières : Nicolas Priouzeau
Effets magiques : Arthur Chavaudret

La Compagnie F.O.U.I.C. propose avec humour et sensibilité un hymne au dialogue et à la transmission.

Dans la seconde moitié du vingtième siècle, on assiste à l’éclosion puis à la mort des cabines téléphoniques, partie de notre territoire affectif commun. Nous suivons ici l’histoire d’une famille sur trois générations, avec pour point commun leurs moments secrets dans une cabine, au fil de différentes époques.

Février 1945 : Au milieu du fracas des bombes, Madeleine, héroïne de la résistance, rencontre Léon dans une cabine téléphonique. Cette folle histoire d’amour foudroyée par la guerre, est le point de départ d’une lignée marquée par un funeste secret.
Avril 1981 : Leur fils Louis, la quarantaine, inapte à la vie de famille, a élu domicile dans une cabine téléphonique. Il y a organisé sa vie recluse, vivant de mensonges auxquels il finit par croire lui-même.
Mars 1998 : À 27 ans, Léonore sa fille, éclabousse le quotidien de sa fantaisie. Fuyant le réel, elle se réfugie dans les paradis artificiels. Son seul lien avec le monde est une cabine téléphonique où elle se réfugie parfois très tard, pour raconter à qui veut l’entendre ses histoires qui illuminent la nuit.

Au gré des élections présidentielles et des coupes du monde de football, des grands moments de liesse populaire ou des jingles publicitaires qu’on a tous fredonnés, les récits s’entremêlent d’une époque à l’autre et nous amènent à résoudre une à une les énigmes de ces trois générations, construites sur les secrets et les mensonges. En fait, tous fragilisés et abîmés par la vie, ces personnages s’aiment sans parvenir à se le dire.
À travers cet appel au secours, Téléphone-moi questionne la transmission intergénérationnelle, la quête de vérité et le besoin viscéral de communiquer.

" Il y a toujours chez Dollé et Morgiève ce désir de créer le vertige, de l’affronter et de le dominer, dans une démarche aussi esthétique que politique. Leur langage théâtral est exceptionnel à l’intérieur de la création française."  WebThéâtre à propos de Je vole... et le reste je le dirai aux ombres.

 

 

  Un dispositif d'amplification sonore vous est proposé pour ce spectacle 

 

 

  Empruntez les lignes régulières du réseau Taneo pour vous rendre à La Maison (T2) et repartez chez vous gratuitement avec la navette Cultur'bus. 

 

Une production de la compagnie F.O.U.I.C 

  • Téléphone-moi
  • Téléphone-moi