Artemisia

De Serge Ambert - Cie Les Alentours Rêveurs

Chorégraphie : Serge Ambert
Interprétation : Séverine Bennevault-Caton, Émilie Faucheux, Nolwenn Ferry, Nikola Krizkova, Anne Minetti (… et une petite fille)
Création lumières : Nicolas Cointot
Vidéo et scénographie : Amador Artiga
Scénographie et accessoires : Betka Majova
Univers sonore : AltiM

Des chorégraphies pour poser un point de vue féminin sur le monde...

La nouvelle création de Serge Ambert, à la distribution entièrement féminine, rend hommage aux femmes, célèbres ou anonymes, qui se sont imposées dans un univers dominé par le masculin. Cette pièce chorégraphiée est le second volet d’un cycle qui en comprendra quatre et qui interroge les sociétés dans lesquelles nous vivons. Il suit Les Blessures volontaires, pièce pour cinq interprètes masculins créée en 2012.

Artemisia évoque une société matrilinéaire ou matriarcale, rythmée par le cycle des saisons. Serge Ambert souhaite poser, par le biais des interprètes, une sorte de point de vue féminin sur le monde et, malgré le sujet grave, le décalage humoristique aura toute sa place. Artemisia sera l’occasion de retrouver la force et les fragilités sincères de cinq interprètes féminines à travers trois mouvements (les chemins, les confidences, la construction).
Cette création s’appuie sur l’artiste peintre Artemisia Gentileschi et sur le témoignage qu’elle a fait lors de son procès : la force qu’elle a montrée à la suite de son viol et la résilience par l’art.
Projections d’images, de vidéos et mise en scène originale viendront compléter les interprétations des cinq danseuses.

La compagnie Les alentours rêveurs est une compagnie de danse contemporaine fondée en 2003 qui porte le travail du chorégraphe Serge Ambert. Son travail s’attache à mettre l’humain au cœur de sa recherche et, l’écriture oscille entre corps théâtral et corps dansant. Les thématiques choisies interrogent notre société, l’identité des individus qui la composent. Ainsi depuis 2004 sont traités des thèmes comme la schizophrénie, la maladie mentale et l’enfermement (La Fêlure du Papillon 2004, Les âmes perdues 2005, Comme un Bond en plein Ciel 2010, Ce que me dit la Nuit 2014), la dualité de l’homme entre masculinité et féminité (Fleurs sanglantes 2009), la reconstruction après le chaos (Les Blessures volontaires 2012), le rituel (La Femme ailée 2012). Une part importante de la recherche est tournée vers la relation à d’autres formes artistiques, la musique contemporaine (Desirata 2007), la musique improvisée (Souffle aux Corps 2011), la littérature (A mots perdus 2015). Vous avez pu voir leur première création pour l’espace public, Entre deux horizons, en juillet 2018 sur le parvis de l’Eglise Saint-Etienne. Depuis 2006 la Cie Les alentours rêveurs est installée à l’Abbaye de Corbigny et a trouvé un écrin idéal pour mener sa recherche et aller à la rencontre des publics.

Partenaires : Le Théâtre / Scène Nationale de Mâcon, La Maison/Nevers, L’Abéïcité / Abbaye de Corbigny, Viadanse - CCN de Bourgogne Franche-Comté à Belfort, Théâtre de Beaune

  • Artemisia
  • Artemisia
  • Artemisia
  • Artemisia
  • Artemisia
  • Artemisia